Petite Fleur, la bistronomie sauce barbecue

  • Temps de lecture : 3 min

Chez Petite Fleur, adresse du groupe Grand Nord implantée dans le 18e arrondissement de Paris, le chef Trey Hunsucker, originaire d’Atlanta (États-Unis), propose une cuisine française bistronomique. Dans celle-ci, il intègre diverses influences et le barbecue occupe une large place.

Petite Fleur
Le chef Trey Hunsucker et Camille Rousseau, associée du groupe Grand Nord. Crédit : Aurélien Peyramaure.

On passerait devant presque sans y faire attention. En effet, la devanture de ce restaurant du 18e arrondissement de Paris, à quelques pas de la butte Montmartre, dispose d’une vitrine sobre, complétée d’un store banne sans mention de son nom. Pour autant, une fois à l’intérieur de Petite fleur, le client peut ressentir toute l’atmosphère du bistrot parisien. Un bar en bois, magnifiquement gravé, fait face à l’entrée, tandis que les chaises et les tables en bois également prennent place aux côtés de banquettes en cuir rouge.

Le tout dans une salle aux murs de pierres apparentes. L’ambiance chaleureuse est renforcée par l’exiguïté des lieux, qui peuvent accueillir 25 couverts. « Nous n’avons pas changé grand-chose. Nous avons même conservé le nom, comme il s’agit d’un restaurant bien ancré dans son quartier », justifie Camille Rousseau, associée à Charles Neyers et Witold Bertrand au sein du groupe Grand Nord. Cet établissement, ouvert en 2020, représente pour le trio son troisième restaurant.

iBar Petite Fleur
Le très travaillé bar en bois de Petite Fleur. Crédit : Aurélien Peyramaure

En effet, il a inauguré La Traversée, en 2017, et Le Boréal, en 2023, situés dans le 18e arrondissement de la capitale. « À la Petite Fleur, nous avions envie d’un endroit qui fasse davantage restaurant, avec un côté plus intimiste et calme. Alors que La Traversée peut parfois tendre vers le bar à vins, avec le soir exclusivement des petites assiettes à partager », explique Camille Rousseau.

Cuisine française et cuisine du monde

À cette table ouverte uniquement le soir (du mardi au samedi), le client peut y découvrir une cuisine bistronomique aux influences diverses, sous la houlette du chef Trey Hunsucker, cet Américain originaire d’Atlanta, accompagné d’une personne en cuisine et d’une en salle. « Une cuisine française avec une touche de cuisine du monde, confirme ainsi ce dernier. Nous utilisons différentes cultures : indienne, coréenne, japonaise… Un bon mélange de saveurs imaginées à la française, d’une façon bistronomique. »

Le tout sublimé par sa botte secrète : le barbecue. Un matériel familier à l’Américain. « Aux États-Unis, tout le monde utilise le barbecue. Il est convivial et donne des possibilités illimitées. Tu peux également sentir la fumée », raconte-t-il avec passion. En outre, pour l’anecdote, le chef utilise un barbecue de la marque Big Green Egg, originaire elle aussi d’Atlanta. Par ailleurs, il s’attache à proposer « une offre pour tout le monde » (plat végétarien, viande et fruits de mer), à travers une carte de quatre entrées, quatre plats et trois desserts, évoluant toutes les six semaines.

iPetite Fleur
Magret de canard, frites maison triple cuisson, jus de viande et chutney. Crédit : Aurélien Peyramaure

Parmi les propositions, un tataki de bœuf d’Aubrac, chimichurri de blettes en entrée. Un potimarron farci cuit au barbecue accompagné de chili végétarien ou un carré de porc façon tonkatsu avec une purée de patate douce, sont proposés en plat chaud. Tandis qu’en dessert, l’équipe propose notamment une tarte au citron tigre meringuée, crumble gingembre et cannelle, avec du kumquat confit. Petite Fleur dispose également d’une formule en deux services à 37 €, et en trois services à 42 €. Enfin, côté vin, l’offre porte exclusivement sur des appellations françaises et des cuvées « en nature ou en biodynamie », comme le précise Camille Rousseau. Là encore, les références évoluent régulièrement.

PARTAGER