Boris Blanc, Bruno de Monte… Les repères de la semaine

  • Temps de lecture : 4 min

Boris Blanc, Bruno de Monte… Retrouvez les repères de la semaine avec l’Auvergnat de Paris et Au Cœur du CHR.

The Bartenders Society
Boris Blanc le vainqueur du The Bartenders Society 2023. Crédit : Aurélien Peyramaure/ Au Cœur du CHR.

Boris Blanc remporte The Bartenders Society 2023. Ce barman originaire de Martinique et directeur du pôle bar et boissons des restaurants Chill et Shell’s, situés sur l’île des Antilles françaises, a remporté la huitième édition de la finale internationale de ce concours de mixologie. Le 14 novembre dernier, à l’Hôtel de l’Industrie (Paris, 6e), Boris Blanc a devancé le Taïwanais Elis Chou, de l’établissement The Day Before Bistro & Flavor à Taïwan, et l’Allemand Andrew Bartlett, de The Local à Hambourg. Pour cette édition 2023 du concours organisé par Marie Brizard, le rhum Saint James et les jus Caraïbos, les candidats devaient twister un cocktail iconique du passé en y ajoutant une touche locale.

Bruno de Monte est nommé directeur référent d’Euro-Toques Jeunes. L’actuel directeur général de l’école hôtelière Médéric (Paris 17e) occupera ce poste aux côtés de Nicolas Breneliere, chef du Paradis latin (Paris 5e). Euro-Toques Jeunes est un réseau dédié à la nouvelle génération de cuisiniers, pâtissiers, boulangers, sommeliers et personnel de salle en apprentissage, dont l’objectif est de rapprocher les futurs professionnels de ceux en exercice. Mais également de valoriser les binômes producteur-restaurateur, ou encore de renforcer le sentiment d’appartenance à une communauté qui place le produit, sa qualité et son origine européenne au cœur de sa philosophie gastronomique.

Pauline Oster est nommée vice-présidente de la marque Tribe Hotels pour les régions Europe et Afrique du Nord. Ancienne vice-présidente pour les opérations en management d’Accor et fidèle du groupe hôtelier depuis 15 ans, son parcours lui a permis d’occuper divers postes, notamment celui de directrice des opérations filiales et managés, de directrice des opérations franchise, d’animatrice réseau et de responsable marketing pour la marque Ibis Styles. « Avec Tribe, non seulement nous renforçons l’impact du groupe Accor dans le segment milieu de gamme, mais nous élargissons également notre portefeuille avec une marque lifestyle », précise Pauline Oster.

En baisse

Naos Hôtel groupe est placé en redressement judiciaire. Ce groupe hôtelier qui exploite une quinzaine d’établissements dans toute la France, a été placé en redressement judiciaire, le 2 novembre, par le tribunal de commerce de Poitiers. Au vu de sa dette cumulée, plus de 500.000€, le tribunal a jugé préférable de la placer en redressement jusqu’au 1er décembre, date à laquelle la situation financière de Naos Hôtel Groupe sera réexaminée, avant une possible liquidation judiciaire. Le groupe opère notamment les marques Hilton à Tours, Autograph by Marriott à Arras ou Moxy à Bordeaux et avait pour objectif de gérer 33 hôtels et près de 5.500 chambres d’ici à 2025.

Dans la presse

L’insatiable Laurent de Gourcuff « Après s’être imposé comme le maître de la nuit, il a monté en dix ans un empire de la restauration, devenant le propriétaire des “spots” qui revendiquent les plus gros chiffres d’affaires de la capitale », attaque l’article du Figaro consacré à Laurent de Gourcuff, le fondateur de Paris Society, désormais propriété du groupe Accor. Cet entrepreneur à la tête d’une cinquantaine d’établissements – dont dernièrement Le Gainsbarre (Paris 7e) et Maxim’s (8e) – ne boit pas une goutte d’alcool mais a soif de nouvelles adresses. Des adresses que l’on peut acheter (virtuellement) au Monopoly, version Paris Society, où les rues et avenues sont remplacées par des bars, restaurants, clubs et hôtels de la marque. « J’ai pris le contre-pied de mes prédécesseurs, ceux qui ont marqué leur époque, comme les Costes. Eux, ils ont pris les meilleurs angles de rue, explique Laurent Gourcuff dans cette publication du 18 novembre. Moi, je voulais ce que j’appelle des “spots”. Il fallait d’abord que ce soit gros en termes de volume et surtout qu’il y ait une mégaterrasse. »

Insolite

Un atlas des vins. Des vendanges nocturnes, un vin de la paix associant plus de 600 cépages du monde entier, des vins de glace au Québec, des ceps qui mesurent 15 m de haut en Italie et au Portugal, un vin du désert de Gobi, les doubles vendanges des vins de Taïwan… Voici un florilège d’exemples improbables que l’on retrouve dans Atlas des vins insolites. Cet ouvrage de Pierrick Bourgault – écrivain et journaliste, notamment pour L’Auvergnat de Paris – est paru le 19 octobre aux éditions Jonglez. Il invite à découvrir des terroirs viticoles atypiques et des vignerons sortant des sentiers battus. « Depuis une trentaine d’années, j’écoute celles et ceux qui cultivent les ceps, vendangent le raisin et élaborent le vin, dans le vaste monde, confie Pierrick Bourgault, lauréat du Prix OIV 2016 dans la catégorie Vins et Territoires. Bien souvent, cépages et technologie sont internationaux, même si l’on découvre, ici et là, d’ingénieuses variantes, des cépages locaux, de passionnantes initiatives personnelles. »

PARTAGER