Ritz Paris, Margot Lecarpentier… les repères de la semaine

  • Temps de lecture : 4 min

Ritz Paris, Margot Lecarpentier… Retrouvez les repères de la semaine avec l’Auvergnat de Paris et Au Cœur du CHR.

Ritz Paris Le Comptoir
François Perret, le chef à la tête de cette pâtisserie. Crédit : Bernard Winkelmann.

Ritz Paris Le Comptoir remporte le prix de la « Meilleure pâtisserie du monde » décerné par La Liste, le guide des meilleurs restaurants, pâtisseries et hôtels du monde. Une consécration pour son chef pâtissier François Perret, à la tête de la boutique annexe du Ritz***** (Paris 1er) depuis son ouverture en 2021. « Cette distinction récompense trois années incroyables, riches d’échanges et de partage quotidien avec les équipes du Comptoir mais aussi avec les clients français et internationaux qui viennent découvrir nos créations. Je suis très heureux que le Ritz Paris Le Comptoir ait remporté ce prix, qui le fait rayonner dans le monde entier », a témoigné François Perret.

Margot Lecarpentier rejoint le groupe Ducasse pour occuper le poste de cheffe exécutive des cocktails. Juriste de formation, elle se réoriente dans les cocktails à l’âge de 27 ans. Elle fonde et dirige désormais le bar Combat, rue de Belleville (Paris 11e), un lieu où se mélangent écoresponsabilité et inclusivité. « Alain Ducasse a fait appel à moi pour une signature cocktail, une patte, et l’idée d’avoir un chef spécialisé dans cette discipline », a-t-elle déclaré. Elle sera associée à Raphaël Blanc, qui lui devient le nouveau chef barman chargé de l’opérationnel. Margot Lecarpentier exprime aussi sa créativité dans un pop-up store, au sein du restaurant Benoît, à New York.

David Beers est le nouveau directeur général de Choice Hotels Emea. La zone Emea compte près de 400 hôtels, situés dans 17 pays à travers quatre marques hôtelières : Ascend Hotel Collection, Clarion, Comfort et Quality. Sa nomination fait suite au départ de l’ancien P-DG, Jonathan Mills, en début d’année. « Je suis très heureux de prendre la direction de Choice Hotels Emea. Étant l’une desgrandes sociétés hôtelières au monde, et avec un portefeuille en constante augmentation dans la région Emea, nous nous engageons à continuer d’offrir une valeur exceptionnelle à nos franchisés et à nos clients, comme Choice l’a fait au cours des 85 dernières années », a déclaré David Beers.

En baisse

Le Bureau national Interprofessionnel du Cognac a annoncé une réduction de son budget, à hauteur de 14%, et une baisse de 16% des rendements. Les professionnels craignent les représailles chinoises sur la surtaxation des véhicules électriques importés de Chine, mais aussi l’éventuelle alternance politique aux États-Unis. Or la Chine et les États-Unis constituent les principaux débouchés du cognac. La filière veut « dès que possible » activer les leviers permettant l’adaptation du vignoble, comme « la possibilité de réaffecter des surfaces destinées à la production de cognac vers d’autres débouchés rémunérateurs ou de prolonger le délai l’utilisation de ses droits de plantations nouvelles ».

Dans la presse

Pour des allusions osées, cette bière est sanctionnée. « Pour la cour d’appel de Paris, ça ne passe pas. Elle a infligé une amende de 50.000 euros d’amende à la société mayennaise Beer Market, qui commercialisait une bière appelée “Levrette” en multipliant les allusions grivoises. » En infraction avec la loi Evin sur les publicités pour l’alcool, Beer Market a également été condamnée à retirer de nombreux slogans (comme « une petite Levrette entre amis ») ainsi que la mention « Levrette » dans la communication de sa marque, nous informe un article de 20 Minutes, publié le 25 juin. « Cette affaire illustre comment les producteurs s’ingénient à contourner la loi Evin et l’importance d’être vigilant face à ces tentatives », a estimé mardi Franck Lecas, le responsable affaires publiques d’Addictions France, ajoute le média. L’association poursuit également devant la justice d’autres marques surfant sur les allusions sexuelles, comme la bière « Kékette » ou la bière « Prends-moi ».

Insolite

Un phénomène. Le 17 juin, Pascal Mousset a célébré la fermeture et le déménagement de son restaurant Chez Françoise, place des Invalides (Paris 7e), surnommé la « Cantine de la République ». Si nombre de députés occupés à défendre leurs sièges n’ont pu se joindre à la fête, la soirée fut très belle et nombre de fi dèles clients n’ont pas manqué le rendez-vous, dont quelques anciens députés. L’un d’eux, Jean Turco, est monté sur scène. Âgé de 106 ans, né pendant la Première Guerre mondiale, cet ancien député de Paris a siégé à deux reprises à l’Assemblée nationale dans les années 1970 en tant que suppléant d’Hubert Germain.

C’est notamment lui qui portera la flamme olympique au sein de l’Assemblée nationale le 14 juillet. Il est vrai qu’il est un des rares Français vivants à avoir assisté à l’ouverture de l’édition de 1924. Lors de la soirée aux Invalides, Jean Turco a rappelé qu’il avait fêté ses 100 ans Chez Françoise… mais aussi ses 101e, 102e, 103e, 104e, 105e et 106e anniversaires. Souhaitons-lui le 19 décembre prochain, de fêter son 107e anniversaire Chez Françoise, désormais installé au 10 rue Amélie.

PARTAGER