Le tourisme face aux taxes, Salomé Monier directrice commerciale de Hcorpo… Les repères de la semaine

  • Temps de lecture : 4 min

Le tourisme face aux taxes, Salomé Monier directrice commerciale de Hcorpo… Les repères de la semaine, avec l’Auvergnat de Paris.

tourisme
Le secteur du tourisme face à une nouvelle taxe de 34%. Crédits : DR

Salomé Mogier est nommée directrice commerciale (chief commercial officer) de Hcorpo, marque du groupe Gekko et filiale du groupe Accor, depuis le 1er janvier 2023. Cette nomination s’inscrit dans une volonté de la plateforme de réservation d’hôtels pour les entreprises de faire évoluer « son organisation en s’appuyant sur les expertises internes, afin d’accompagner sa croissance« . Salomé Mogier fait en effet partie du groupe Gekko depuis 2012. Elle y débute comme responsable grands comptes pour la marque Teldar Biz, avant d’intégrer Hcorpo, en 2014, en tant que directrice account management. Un poste qu’elle occupait jusqu’à sa nouvelle nomination.

Arnaud Morandi est nommé directeur général de Fauchon L’Hôtel Paris. Diplômé de l’Essec, cet homme a connu plusieurs expériences dans le secteur de l’hôtellerie de luxe, en France et à l’international. En 2010, il rejoint le Château de Mercuès pour commencer son activité à la direction générale des plus beaux établissements Relais & Châteaux de France. À partir de 2017, il travaillera durant six ans pour le groupe Pic – aux côtés de la cheffe Anne-Sophie Pic – en tant que directeur d’exploitation des sites, à Valence. Arnaud Morandi se dit fier aujourd’hui « de rejoindre les Artisans du plaisir de Fauchon L’Hôtel Paris, afin de faire rayonner l’expérience gourmet Fauchon« .

Les défaillances d’entreprises sont en hausse de 50% par rapport à Selon le cabinet d’études Altares, 42.500 entreprises étaient en défaillance en France en 2022, dont 12.256 sur le 4e trimestre. Nombreuses ont été créées il y a moins de six ans. La guerre en Ukraine, la hausse des coûts de l’énergie, l’inflation générale qui pèse sur les trésoreries et la levée progressive des aides publiques sont en grande partie responsables. Tous secteurs confondus, 143.000 emplois directs sont aujourd’hui menacés. Les TPE et les jeunes entreprises sont les plus fragilisées. Quant aux liquidations judiciaires, 31.257 ont été ouvertes (+ 47,9%) en 2022.

En baisse

La Confédération des acteurs du tourisme (CAT) déplore l’adoption par le Parlement d’une taxe régionale de 34%, qui vient s’additionner à la taxe de séjour depuis le 1er janvier dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Var et des Alpes-Maritimes. La CAT demande le retrait de cette taxe qui s’appliquera également en Gironde, dans les Landes, le Lot-et-Garonne, les Pyrénées-Atlantiques, la Haute-Garonne, le Gers, les Hautes-Pyrénées, l’Ariège, le Lot, le Tarn et le Tarn-et-Garonne, à compter du 1er janvier. Les professionnels du tourisme déplorent une action sans concertation, « défavorable au pouvoir d’achat des Français et préjudiciable à la compétitivité de la destination France« .

Dans la presse

Le Buddha-Bar Paris fait peau neuve. « Situé dans le très chic 8e arrondissement de la capitale, ce restaurant-bar-lounge est considéré comme l’un des précurseurs d’un véritable art de vivre. » Ce lieu, c’est le Buddha-Bar. Et le guide en ligne « Sortir à Paris » nous informe qu’il fermera temporairement ses portes « du dimanche 29 janvier jusqu’en avril 2023« . Le premier restaurant de la chaîne fondée par Raymond Visan et Claude Challe, en 1996, ne sera donc plus accessible durant quelques mois, afin de « magnifier l’existant et l’esprit Buddha-Bar« , précise un communiqué. L’établissement phare du groupe George V Eatertainment ne devrait pas réorienter son concept, mais le sublimer pour « offrir un voyage hors du temps toujours plus immersif et envoûtant« , ajoute le site francilien, qui donne « rendez-vous ce printemps pour découvrir le nouveau visage du Buddha-Bar Paris« .

Insolite

Cette crêperie sent trop la crêpe. Marlène Dupont et Alex Polge ne s’attendaient certainement pas à une telle plainte. Propriétaire depuis près de trois ans de la Crêperie du Pêcheur, à Erquy (Côtes-d’Armor), le couple est assigné en justice pour nuisances sonores et olfactives par l’un de leurs voisins. « Il se plaint que notre crêperie sent trop la crêpe », s’en amuse Marlène Dupont. Alertés par une voisine pour les odeurs que dégageait leur petite enseigne, les patrons de la crêperie bretonne ont investi dans un extracteur d’air et une nouvelle hotte après leur première année d’installation. Alors que cette voisine se dit satisfaite aujourd’hui des travaux, le voisin réfractaire a envoyé un courrier, toujours pour des gênes olfactives, « mais aussi le bruit des clients en terrasse, des cris des enfants, de la vaisselle qui s’entrechoque, ou encore de la nouvelle hotte », précise le journal local Le Penthièvre. Conséquence, le couple est convoqué au tribunal de Saint-Brieuc le 6 février.

PARTAGER