La porcelaine turque écoresponsable Bonna cible la France

  • Temps de lecture : 2 min

La marque turque de porcelaine Bonna a fait de la France un marché prioritaire pour poursuivre son développement.

La porcelaine turque Bonna est partenaire du concours du Bocuse d’Or. Crédit : BERRE.
La porcelaine turque Bonna est partenaire du concours du Bocuse d’Or. Crédit : BERRE.

La marque turque de porcelaine Bonna a fait de la France un marché prioritaire pour poursuivre son développement. La marque CHR du fabricant Kar Porselen a été créée en 1983 et est aujourd’hui distribuée dans plus de 100 pays, pour une production s’élevant à 40 millions de pièces chaque année. « Nos marchés principaux en Europe correspondent à l’Espagne, la France et l’Italie », explique Erbil Askan, directeur général de Bonna.

La marque compte notamment sur des pratiques plus respectueuses de l’environnement et l’innovation pour se développer. Ainsi, 80% de l’eau utilisée pour sa production se trouve en circuit fermé et est donc réutilisée. De plus, 3.300 tonnes de résidus de production de porcelaine et de déchets divers sont réutilisés dans la fabrication. Aussi, des économies d’énergie, sur l’électricité et le gaz, permises par de nouvelles presses et des fours moins énergivores. Dans cette continuité, les panneaux solaires permettent à Bonna de produire la moitié de sa demande en électricité.

La marque s’est par ailleurs fixé comme objectif d’atteindre zéro déchet. Mais la question environnementale est également abordée sous un autre angle. « La durabilité est extrêmement importante pour nous », indique en effet Erbil Askan. Bonna a ainsi imaginé des créations résistantes à l’écaillage des bords, leur permettant une durée de vie plus longue. Certaines gammes sont également composées de 87% de produits recyclés, issus de déchets non nocifs.

En outre, et ce depuis 2023, la porcelaine turque est partenaire du concours du Bocuse d’Or. Elle sera évidemment présente lors de la finale internationale, prévue les 26 et 27 janvier 2025 lors du Sirha Lyon.

PARTAGER